Richard Sève, Chevalier de l’Ordre National du Mérite


JPG - 405.2 ko

Richard Sève et Pierre Hermé


Mercredi 25 Février, Monsieur Pierre Hermé, Président de la Maison Pierre Hermé Paris et Chevalier de la Légion d’Honneur, a remis ses insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite à Richard Sève, Président et Co-fondateur de la Pâtisserie-Chocolaterie SEVE.

Né en 1968 à Lyon, Richard Sève devient Maître Chocolatier Pâtissier en 1991, date à laquelle il fonde avec son épouse Gaëlle Sève la Maison Sève en rachetant ensemble une pâtisserie - chocolaterie, maison de qualité établie depuis 1905 et située à Champagne au Mont d’Or. Classé parmi les 10 meilleurs chocolatiers de France, Richard Sève est un spécialiste incontournable du chocolat et des raffinements sucrés à la française. Véritable alchimiste du chocolat et de la pâtisserie, ce créateur de saveurs innove en créant notamment les premiers macarons salés en 2004.

A la fois chef d’entreprise et consultant, Richard SEVE a le goût de la modernité et de la perfection tout en utilisant les traditions ancestrales alliées à un climat d’élégance qui estampille la griffe SEVE. Les chocolats de cet adorateur de fèves comblent les puristes par l’excellence de leurs rondeurs, sensualité, aromaticité et persistance.

Ces insignes récompensent les nombreuses qualités du Chef Richard Sève et de son équipe, qui ont reçu de nombreuses récompenses au fil des années. Pierre Hermé a relaté le parcours d’un « très grand professionnel, caractérisé par son envie d’entreprendre, sa personnalité hors du commun et son sens de
l’engagement » et a rappelé les nombreuses distinctions qui viennent illustrer ces propos. « Le goût est son credo, le chocolat sa passion, et les créations de ce grand Pâtissier et Chocolatier sont le reflet de sa personnalité. Il continue, au fil des années, à nous faire rêver. »

Lors d’un discours rempli d’émotion, Richard Sève a remercié l’engagement quotidien de son épouse Gaëlle, et le soutien indéfectible de sa famille. Il a modestement rappelé « je n’ai pas le sentiment d’avoir accompli une grande mission mais, simplement, d’avoir eu la conviction que la recherche de l’excellence dans les valeurs du travail artisanal qui constituent l’ADN de ma démarche est une de mes responsabilités ».